LE CENTRE-VILLE, PROPICE AU LIEN SOCIAL - Corpus juridique ATD13

LE CENTRE-VILLE, PROPICE AU LIEN SOCIAL

Icone Temps de lecture
Temps de lecture : 5 minutes
Publié le : 
2 juillet 2024
Partagez sur :

Il apparait que depuis l’épisode du covid, un changement s’est opéré dans les attentes des citoyens sur « comment vivre le centre-ville de sa commune ». Il est particulièrement intéressant de noter que les centres d’intérêts et donc les facteurs d’appropriation de l’espace public sont motivés par les loisirs.  Se rendre en centre-ville pour y retrouver des proches, circuler à pied, passer du temps libre, manger ou prendre un verre en terrasse de café et de restaurants, bénéficier d’espaces verts arborés, s’y mettre à l’ombre voire au frais, aller au cinéma, à la bibliothèque ou à la médiathèque. Fort de ces constats, nous avons interrogé le maire de Sénas, Philippe Ginoux, et le premier adjoint de St Rémy de Provence, Yves Faverjon, pour qui la réappropriation du centre-ville et de l’espace public a constitué un objectif majeur dans la rénovation de leur cœur de ville.

Dynamiser, requalifier, accueillir, par Yves Faverjon, premier adjoint de Saint-Rémy-de-Provence

« La redynamisation d’un centre-ville est une action qui s’inscrit dans un temps long. Nous avons décidé la planification de la rénovation globale des rues du centre historique de la commune en 2012. Nos priorités portaient sur le confort et la sérénité des riverains et des piétons.  Chaque commune a ses spécificités et pour nous, la création d’un réseau pluvial était une priorité afin de supprimer les inondations des rez-de-chaussée dans le centre ancien. Puis nous avons procédé à la requalification, respectueuse de l’architecture et du patrimoine, des rues, en privilégiant des calades et des pavés. Enfin nous avons créé des zones de rencontres et une piétonisation partielle. Ce chantier de 3 ans a nécessité une stratégie d’accompagnement des commerçants impactés par les travaux avec notamment une indemnisation sur la base du manque à gagner lorsqu’il y a eu des dépassements de calendrier des travaux. En 2016, une nouvelle étape a été franchie avec la mise en place d’horodateurs et parallèlement de macarons pour les résidents. L’enjeu était de supprimer les voitures ventouses afin d’améliorer la commercialité du centre-village, faciliter le turn-over des habitants et visiteurs avec une mesure facilitatrice de parking (45 minutes gratuites). Par ailleurs depuis 2018, nous avons supprimé dans notre document d’urbanisme (PLU) l’obligation de parkings lors de la création de commerces. Il s’agit là de tenir compte de la configuration de notre centre historique tout en favorisant l’installation de nouveaux commerces. En 2020, le Covid a généré des attentes de la part des citoyens et des extensions de terrasse ont été accordées pour la période sur les parkings. Ces extensions étaient dérogatoires à la règle que nous avions instaurée qui consistait à privilégier les parkings Au lendemain de la crise, devant les demandes formulées par les commerçants, nous nous sommes adaptés, nous sommes devenus plus permissifs et avons institutionnalisé une partie des extensions, tout en préservant les cheminements piétions. Aujourd’hui, nous réhabilitons les rues pénétrantes de la ville. Ces voies conçues dans les années 60 ou 70 avec un fort caractère routier, sont aujourd’hui réhabilitées avec une coloration plus urbaine et s’adaptent à la circulation des vélos, à un espace plus limité pour la voiture, aux plantations végétales… le cœur de village s’agrandit ».

Reconquérir des locaux vacants, favoriser l’accessibilité et la rénovation, par Philippe Ginoux, Maire de Sénas

Fin 2023, l’édile confiait son expérience de 8 années de transformation du centre-ville.

« Cinq phases vont jalonner ce projet de territoire pour reconquérir le dynamisme du centre-ville qui nous a conduit à acquérir des immeubles via le droit de préemption, des baux commerciaux.  Puis de démolir, rénover, et enfin de mettre les locaux en vente ou à la location. Du côté des déplacements, Il s’est agi de favoriser l’accessibilité et donc de travailler sur les sens de circulation dans le centre ancien, de créer des zones de stationnement bleue ou minute, de créer des cheminements doux pour les piétons et les vélos. Un manager de centre-ville a été nommé, dès le début du projet, et a rencontré des porteurs de projets, orchestré des animations commerciales, garanti le lien avec les habitants durant la période des nouveaux aménagements. Nous avons accès notre communication sur le « Consommer local », afin de susciter l’appartenance à notre territoire, de mettre en exergue nos spécificités.

L’enjeu était de mettre en place le modèle dit de « la ville du quart d’heure », selon lequel tout peut se faire à pied ou à vélo.

Notre développement bénéficie du dispositif Petites villes de demain, dont la commune est lauréate depuis 2023. L’approche à 360° en mode projet permet de mener une réflexion globale, de définir une ambition pour favoriser le dynamisme de notre commune, d’identifier les principaux leviers d’actions.  Nos perspectives concernent la requalification de la place du marché, le logement saisonnier en intégrant des aires d’accueil et des logements pour les agriculteurs. Nous devons également gagner en attractivité et en visibilité, et nous nous appuierons sur le dispositif « Chemin des Parcs » mis en place par le Parc Naturel Régional des Alpilles ».

Tous droits réservés ©2024 - mentions légales